Ecrire parait un geste simple, courant et cet acte n’a rien d’inné. Il s’apprend en sélectionnant un geste, c’est pour cela que l’écriture est représentative de l’individu. Il peut entrainer beaucoup de souffrance lorsqu’il n’est pas maitrisé.

La graphothérapie est une méthode fine et spécifique dont le but est de favoriser l’évolution de l’écriture de votre enfant ou vous même à travers des exercices et des activités variées selon les problèmes rencontrés : écriture lente, illisible fatigante ou stressante.

En un travail personnel, individualisé et guidée par la graphothérapeute la personne trouve en elle-même les ressources pour installer de façon pérenne efficacité et plaisir au travers des écrits, améliorer la lisibilité et la vitesse d’écriture sans fatigue ni douleur, et s’identifier au travers de son écriture.

L’objectif en rééduquant une écriture malmenée et dans un contexte global, est de redonner confiance à l’enfant ou l’adolescent. Pour les écritures les plus mises à mal, on parlera alors de dysgraphie.

« Est dysgraphique un enfant chez qui la qualité de l’écriture est déficiente alors que généralement aucun déficit neurologique ou intellectuel n’explique cette déficience » et justifie cette perturbation. J. de Ajuriaguera

Elle peut apparaître à tout moment du cursus scolaire ou de la vie d’adulte : mauvaise posture, latéralisation douteuse, difficulté scolaire, choc émotionnel… peuvent en être à l’origine. Elle entraîne alors des troubles scolaires et une perte de l’estime de soi. Il est donc important de la traiter.

Grâce à une « Echelle des difficultés d’écriture » (Echelle dynamique ADE mise au point par le GGRe), on peut comparer l’écriture d’un enfant avec celle de ceux de sa tranche d’âge et de classe.

Par un bilan spécifique et des tests (de vitesse et d’endurance entre autre), on cherche ce qui freine l’évolution efficace du geste graphique.

Qui est concerné ?

Enfants, adolescents ou adultes.

Les difficultés les plus présentes

 écriture difficilement lisible
le geste est trop lent ou trop rapide, les lettres se relâchent
l’enfant fait un blocage
la tenue du stylo est « bizarre », une mauvaise posture
présentation peu soignée (cahiers sales, raturés…)
difficultés spatiales et temporelles
écriture en miroir
l’enfant est en échec scolaire à cause de son écriture
fatigue générale ou douleur
gaucher ou droitier ? il n’arrive pas à choisir

et chez l’adulte :

vous n’aimez pas votre écriture
écrire est douloureux

Cet accompagnement s’appuie aussi sur la prise en compte de certains réflexes primordiaux, ce qui permet de corriger plus efficacement la posture et la tenue du crayon.

Il n’y a pas d’écriture idéale

Le rôle du graphothérapeute est d’aider le scripteur à libérer son écriture des contraintes, à retrouver sa dynamique, parvenir à un niveau suffisant et satisfaisant d’efficacité, en respectant son identité graphique, ses représentations et ses attentes.